français

La bibliographie française sur Kondylis est pauvre. Le très bref texte qui suit est une introduction à sa «théorie de la décision«


Kondylis affirme que la «réalité ultime», ce sont les rapports de force: il n’existe que des prétentions à la puissance, «des êtres, individus ou groupes, luttant pour leur conservation et, par là même, nécessairement, pour étendre leur puissance. Ce pour quoi ils se rencontrent en tant qu’amis ou ennemis et changent d’amis et d’ennemis selon les besoins de la lutte pour leur conservation et l’extension de leur puissance» .

L’esprit n’est qu’un outil au service des prétentions à la puissance. À chaque prétention à la puissance s’adjoint une «vision du monde» qui décide, en vue des valeurs favorables à cette prétention, de ce qui est important au sein du «monde préalable» Ces «visions du monde», Kondylis les nomme «décisions» et il prend soin d’opposer sa «théorie descriptive de la décision», qui refuse la distinction entre décisions authentiques et inauthentiques, aux théories «existentialistes» qui la considèrent comme fondamentale. Ces décisions renvoient aux interprétations de Nietzsche, mais Kondylis ne veut pas de ce parrainage. À ses yeux, le côté normatif de la pensée nietzschéenne (dépassement du nihilisme) trahit la scientificité qu’une analyse en termes de rapports de force doit offrir au savoir.

Selon Kondylis, toute société obéit à la «logique de la puissance». Il nomme cette position «historicisme conséquent» et «relativisme moral», puis «nihilisme conséquent». Il la retrouve chez Sade et La Mettrie , qui, ayant vécu dans l’interrègne de deux idéologies, alors que la pression du mensonge social était affaiblie, purent percer à jour le «voile normatif» de ce dernier qui, sous la diversité culturelle, cache toujours les mêmes rapports de force. Kondylis veut faire la théorie de cette essence humaine – bien que la distinction essence-apparence soit à ses yeux idéologique – pour rendre compte de la constitution des diverses Idéologies.

Les idéologies doivent leur existence à une «constitution polémique»: nous soutenons non- a car nos ennemis soutiennent a. Nous n’optons pas pour un groupe en raison de ses idées, mais pour les idées en raison du groupe. Les ouvrages d’histoire des idées de Kondylis sur La Naissance de la dialectique, les Lumières européennes, la Critique de la métaphysique dans la pensée moderne, ses livres d’histoire de la civilisation sur le passage à la culture bourgeoise (Conservatisme) et à la démocratie de masse (Le Déclin de la civilisation bourgeoise), ses œuvres politiques (Politique planétaire après la guerre froide et Du XXème au XXIème siècle) mettent à chaque fois en valeur ce type de production des idées. Croire au déterminisme et à la liberté, par exemple, est un manque de «cohérence logique» qui obéit à une «cohérence polémique» : les autres croient aux miracles et à la soumission à Dieu.

Ses œuvres politiques corroborent son point de vue d’une autre manière : elles se proposent de montrer que celui-ci permet de prévoir et décider plus efficacement. Il y critique toute pensée cosmopolitique, sa version libérale, qui croit que le commerce empêche la guerre, sa version socialiste, qui met les conflits de classe au-dessus de ceux des nations; et celle, juridique, qui croit aux droits de l’homme. Contrairement à ce que croyaient libéraux et marxistes, c’est l’État qui règne sur l’économie et non l’inverse. La politique domine toujours l’économie, au fond, parce que le conflit est le genre dont l’économie et la guerre sont les espèces, et que la prétention à la puissance s’exprime avant tout sous sa forme politique.

Ce résumé – fait par s.m. – est basé sur l’article:

Faraklas G. et Karydas D., Kondylis et Psychopedis. Le conflit du relativisme dans la philosophie grecque actuelle, Rue Descartes 2006/1, N° 51, p. 35-46

§ One Response to français

  • Ο/Η Ανώνυμος λέει:

    Kondylis affirme que la «réalité ultime», ce sont les rapports de force: il n’existe que des prétentions à la puissance, «des êtres, individus ou groupes, luttant pour leur conservation et, par là même, nécessairement, pour étendre leur puissance;

    Autrément dit, les acteurs de la comédie dramatique » la réalité ultime» entretiennent des rapports de puissance.
    Δημαήλ

Σχολιάστε

Εισάγετε τα παρακάτω στοιχεία ή επιλέξτε ένα εικονίδιο για να συνδεθείτε:

Λογότυπο WordPress.com

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό WordPress.com. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Twitter

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Twitter. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Facebook

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Facebook. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Φωτογραφία Google+

Σχολιάζετε χρησιμοποιώντας τον λογαριασμό Google+. Αποσύνδεση / Αλλαγή )

Σύνδεση με %s

Αρέσει σε %d bloggers: